Accident de la route

Accident de la routeErreur médicaleAgressionAccidents divers
Accident de la route

VOUS ETES VICTIME D'UN ACCIDENT DE LA ROUTE ?

En France, la loi "Badinter" du 5 juillet 1985, permet aux victimes qu'elles soient cylcistes, piétons, conducteurs de véhicule terrestre à moteur ou passager, de réclamer une indeminisation liée à un accident de la route auprès de l'assureur du responsable.
Si vous pensez être dans ce cas, vous aurez le droit à des indeminités pour vos préjudices (préjudice corporel et préjudice matériel).

La procédure aprés un accident de la route :
La victime doit prévenir sa compagnie d'assurance de l'accident dont elle a été victime dans le délai prévu par le contrat. 
Ce délai ne peut-être inférieur à 5 jours. Il est recommandé d'alerter l'assurance téléphoniquement puis de confirmer par un courrier en accusé/réception faisant référence à l'appel téléphonique du ../../.. à ....heures.

L'assureur du responsable doit par la suite vous contacter en vous adressant un questionnaire corporel.
Vous devrez communiquer à la compagnie d'assurance, divers documents liés à l'accident (certificat médical, copie bulletin d'hospitalisation (si supérieure à 1 jour), copie du procés verbal si dépôt de plainte ......)

Attention ! Préparez votre défense avant qu’il ne soit trop tard. Ne vous fiez pas à l’avis de l’expert médecin envoyé et payé par la compagnie d’assurance qui vous doit une indemnité pour le préjudice corporel dont vous avez été victime.
Votre indemnisation doit être faite par des professionnels indépendants qui seuls peuvent vous garantir de prendre en compte l’intégralité de votre préjudice.

Les piéges à éviter
Pour obtenir votre juste indemnisation,  les démarches sont nombreuses et complexes et le chemin souvent semé de pièges à éviter.
Logiquement, votre premier interlocuteur serait la compagnie d’assurances du responsable qui vous proposerait la mise en place d’une expertise amiable.
Cet examen est toujours réalisé par un expert mandaté et payé par la compagnie d’assurances. Vous l’avez compris, il tentera de minimiser votre préjudice afin que l’assureur vous paye le moins possible d’indemnités. Il connait parfaitement les contrats d’assurance et leur législation et s’arrangent toujours pour ne pas indemniser ou le faire au minimum.
Face à cette organisation parfaitement rodée, l’assuré est complètement démuni.
Déjà affaibli par l’accident et les traumatismes qui en résultent, sa méconnaissance du système va le conduire inexorablement à accepter ce qui va lui être proposé. Il sera alors trop tard .....
Il est donc fondamental d’avoir recours à un contre-expert, afin que celui-ci fasse valoir vos droits durant toutes les opérations d’indemnisation.
Il faut le faire immédiatement après votre accident afin de vous mettre directement sur les bons rails.



Madame M, victime d'un accident de la route

Madame M, a été victime d’un accident de la route avec un  banal un coup du lapin qui lui causait de douloureuses migraines. Elle n’était en rien responsable de l’accident causé par un conducteur débutant qui a malheureusement freiné trop tardivement. Victime ? C’est ce qu’elle pensait jusqu’à sa première rencontre avec le médecin expert envoyé par la compagnie d’assurance du conducteur responsable. Une heure passée dans un bureau exiguë et surchauffé à être harcelée de question par un médecin qui n’avait d’autre objectif que de lui faire avouer que ses migraines étaient superflues d’une part et antérieures à la date de l’accident d’autre part. Madame M est ressortie épuisée de cette consultation et au bord des larmes. Elle avait la désagréable sensation d’être coupable.

Mais coupable de quoi ?

Quelques mois après la compagnie d’assurance lui proposa "généreusement" 400 euros pour solde de tout compte.

Epuisée par des démarches incessantes, Madame M était sur le point d’accepter lorsqu’un de des voisins lui parla d’un contre-expert.

Trois mois après une nouvelle transaction lui a été proposée lui garantissant 8000 euros d’indemnité.