Accidents divers

Accident de la routeErreur médicaleAgressionAccidents divers
Accidents divers

VOUS AVEZ ETE VICTIME D'UN ACCIDENT dans le cadre d’une activité sportive ou de loisir ?

Dans un premier temps il faut distinguer l'accident causé par un tiers responsable et l'accident sans responsable : 

Accident (sportif ou de loisir) sans responsabilité
La victime peut être indemnisée par application de vos contrats d'assurance : prévoyance, individuelle accident, assurance de la fédération sportive concernée, etc....
Mais attention, la garantie de votre assureur n'est due que si votre état dépasse un état de gravité suffisant prévu dans le contrat.
Votre assureur va vous proposer d'être examiné par son expert qui va bien entendu réduire au maximum l'indemnité et tenter de ne rien payer du tout.

Accident (sportif ou de loisir) avec responsable
Si l'accident est causé par un tiers, un autre participant à l'activité, sous certaines conditions, la victime peut faire reconnaître son droit à indemnisation par application des principes de responsabilité civile.
Si vous avez été accidenté par un tiers, il vous appartiendra alors de prouver que le tiers a commis une faute ayant provoqué l'accident. La preuve de cette faute s'apporte par tous les moyens (attestations, témoignages, feuille de match, etc ...)
Dans ce  cas c'est l'assurance dite "reponsabilité civile" de ce tiers qui devra indemniser tous vos préjudices corporels.

ATTENTION !
Bien souvent, les assureurs opposent à la victime le principe de l'acceptation du risque, ou bien une faute de la victime, ceci dans le seul but de ne pas vous indemniser ou réduire vos droits.
Vu la complexité technique de ce genre de dossier, nous vous conseillons de nous contacter pour connaître vos  droits et vous défendre.

Monsieur O, victime d'un accident de ski

Monsieur O avait subi une grave lésion des ligaments croisés suite à un accident de ski et éprouvait de la difficulté pour conduire sur de longs trajets. Cela était pénalisant pour lui car il était commercial et était donc amené à beaucoup rouler.
Ce point a presque totalement été occulté au cours de l’expertise, alors qu’une baisse de ses résultats a été induite par l’accident.
Monsieur O était désemparé car il avait le sentiment, à juste titre, de n’avoir pas été entendu, et que l’intégralité de son préjudice n’avait pas été prise en compte.
En allant sur internet et en faisant une recherche pour savoir comment il pouvait contester cette expertise, il a trouvé le site les-contre-experts.com.
Un contre expert a organisé une contre expertise.
Nous avons pu faire retenir la nécessité pour Monsieur O de conduire un véhicule automatique, ainsi que la contrainte professionnelle qu’induisait cet accident et les conséquences qui en découlait.
Monsieur O a pu obtenir le financement de l’achat d’un véhicule automatique et l’octroi d’une indemnité de 30.000 € au titre de l’incidence professionnelle.